« Circulez, il n’y a rien à voir »

Enième naufrage ce dimanche à Dublin, sur la pelouse de l’Aviva Stadium pour le XV de France. Complètement absents des débats, les Bleus n’ont jamais réussit à inquiéter une équipe d’Irlande sûre de ses forces, qui à maintes reprises a préférée la penaltouche dans les 22 mètres français plutôt que de tenter la pénalité. Une humiliation pour les Français, qui n’a pas suffit à les faire réagir. Le score final (26-14) ne reflète pas du tout la physionomie du match.

La facilité des Irlandais à inscrire un nouvel essai – Damien MEYER / AFP

Que dire de la prestation des Bleus dimanche dernier en Irlande ? On pensait avoir touché le fond après la déroute en Angleterre, mais apparemment le XV de France a des ressources insoupçonnées dans le pire du pire. 
On aurait pu croire qu’il s’agissait d’un match de Gala pour une bonne cause où une équipe professionnelle affronte des amateurs. Sauf que là, les mecs en Bleus, ils ont le coq sur la poitrine, se sont entraînés toute la semaine et ont déclaré être prêts à rencontrer une équipe d’Irlande « affaiblie ».  
Le cuir, les Bleus ont dû le toucher à peu près à 3 reprises durant la première mi-temps : lors des renvois après les essais Irlandais. Acculé dans leurs 22 mètres toute la première période, le XV de France n’a fait que défendre, laissant des forces dans la bataille et perdant plusieurs soldats après seulement quelques minutes de jeu. 
A la mi-temps, on pouvait voir des sourires sur le visage des Irlandais, mais aussi sur ceux des jardiniers de l’Aviva Stadium, qui, n’ont eu qu’à s’occuper d’un seul côté du terrain (pour ne pas dire seulement des 22 mètres français). 

Il parait qu’à la mi-temps, dans les vestiaires, tout le camp Français s’est dit « qu’il n’y avait rien à perdre ». Bah si, … le match peut être ? 
Et comme regonflés à bloc par ce discours encourageant, les Bleus sont revenus sur le terrain et … ont continué à subir tel une équipe de Fédérale 1. Les Irlandais eux, ont continué à marquer des essais bien trop facilement et à mépriser l’équipe de France en choisissant constamment les penaltouches plutôt que de tenter des pénalités en face des poteaux, dans les 22 mètres français. 
Humiliation suprême : Joe Schmidt décide de faire tourner très rapidement, et sort ses meilleurs joueurs « pour ne pas les fatiguer en vue de la rencontre du week-end prochain ». C’est sûr, il ne faudrait pas que les mecs se blessent bêtement en répétition. 
Et là, Oh ! Miracle, à la 75ème minutes, alors que les Irlandais sont déjà en train de se doucher et qu’il ne reste plus sur le terrain que les coupeurs de citrons, les Bleus arrivent enfin a marquer 2 essais -et encore, ils ont failli ne pas en marquer un, après s’être gênés mutuellement.-  

Le meilleur moment de la rencontre ? Sans doute, le discours d’après match de Jacques Brunel, qui s’est déclaré « pas inquiet », a même trouvé des motifs de satisfaction en deuxième mi-temps et revendique haut et fort : « Je sais mon équipe capable de rivaliser avec toutes les équipes du Tournoi. »
A se demander si nous avons bien tous assistés au même match … 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :