Le naufrage français

C’est la tête basse et la mine défaite que l’on retrouve une fois de plus les joueurs du XV de France à la sortie de Twickenham. Tout au long de la semaine les Bleus se sont dit prêts pour ce Crunch en terre Anglaise. Pourtant ils chutent lourdement (44 – 8) face à des Anglais trop forts, trop rapides, simplement trop bons pour eux.  

Le contraste entre le joie du capitaine Anglais Owen Farrell et la déception du jeune Romain Ntamack. Glyn Kirk / AFP

Les Français étaient pourtant prévenus : s’il y a un match du Tournoi à gagner, c’est bien celui là. Mais le miracle, tant attendu, n’a malheureusement pas eu lieu. Dominés dès la première minute de la rencontre, les Français ont subi tout au long du match les assauts Anglais, sans jamais réussir à rivaliser. 

La démonstration de rugby Anglaise

Dès l’entame de match, les Bleus sont fébriles, et suite à une mauvaise entente entre Camille Lopez et Guilhem Guirado, qui entraîne une faute de main du capitaine, les Anglais récupèrent le ballon. Ils mettent leur jeu en place et inscrivent le premier essai de la rencontre, via Jonny May, qui leur permet de mener 5 à 0 (2ème minute). Un enchaînement de fautes de part et d’autre, permet aux buteurs de s’exprimer avec deux pénalités pour le capitaine Owen Farrell, contre une seule pour Morgan Parra. Le score est alors de 11 à 3 (12 ème minute). Les initiatives sont Anglaises et après des temps de jeu successifs sous les poteaux français, Owen Farrell effectue une superbe sautée pour Jonny May, qui franchit une fois de plus l’en-but Français et gonfle le score à 16 à 3 (24ème minute). A peine quelques minutes plus tard, on reprend les mêmes et on recommence. Après un nouveau jeu au pied parfaitement joué par Chris Ashton, le ballon arrive  une nouvelle fois dans le bras de Jonny May qui n’a plus qu’à conclure derrière la ligne. La transformation est réussie, le score est de 23 à 3 (31ème minute). Suite à cela, et un peu contre le court du jeu, les Français récupèrent le ballon après un contre. Yoann Huget effectue une course folle avant de transmettre le ballon à Damian Penaud qui inscrit le premier essai français et leur permet de revenir à 23 à 8 (35ème minute). Les Anglais n’attendront pas longtemps avant de réagir à cet essai, et vont faire ce qu’ils font le mieux : un jeu au pied de Ben Youngs pour Owen Farrell qui sera stoppé à quelques centimètres de l’en-but. Mais le ballon sort vite et permet à Henry Slade de franchir une nouvelle fois la ligne des Bleus. Suite à la transformation réussie, le score est de 30 à 8 juste avant la mi-temps (40ème). 

La maîtrise Anglaise, l’absence des Français

Au retour des vestiaires, la tendance ne s’est pas inversée et les Bleus subissent beaucoup. Les chocs sont rudes et les Anglais profitent du moindre espace pour s’engouffrer et faire souffrir la défense Française. Alors que le XV de France réussit enfin à mettre la main sur le ballon, les passes sont approximatives et Henry Slade intercepte le ballon, tape à suivre pour Chris Ashton en duel à la course face à Gaël Fickou. L’Anglais est pris sans ballon par Gaël Fickou à quelques centimètres de la ligne, ce qui entraîne un essai de pénalité accordé par l’arbitre aux Anglais pour porter le score à 37 à 8 (50ème). La peine est double puisque le Français écope en plus d’un carton jaune, laissant ses partenaires -déjà en difficulté- à 14 pour 10 minutes. Désorganisés, les Français commettent des fautes et sont pénalisés. Le XV de la Rose joue vite, tape à suivre et c’est Owen Farrell qui est à la conclusion de cet essai, accordé après arbitrage vidéo. Ce même Farrell transforme son propre essai et alourdit le score à 44 à 8 (55ème minute). 
Les Bleus n’auront de cesse de vouloir revenir au score en tentant de jouer, ballon en main. Mais les Anglais maîtrisent leur match à la perfection et ne se laissent pas avoir. Nigel Owens siffle finalement la fin du match après de longues séquences de mêlées qui ne donnent rien. 
La France est passée à seulement un point d’entrer dans l’histoire avec la défaite la plus lourde subie à Twickenham (37 à 0 en 1911). Triste record … 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :